Restauration et aménagemement: ajouter une touche de nature
Accueil
Partenaires
Contact

Gestion écologique des bords de route

En 1995, le ministère des Transports du Québec (MTQ) a commencé à s’intéresser aux méthodes d’entretien de la végétation le long des autoroutes dans le but d’en augmenter la valeur écologique et la qualité paysagère, de contrôler l’herbe à poux et de réduire les coûts d’entretien.

Traditionnellement, on procédait à une tonte systématique à partir du bord de la chaussée sur la plus grande partie de l’emprise routière. Depuis 2004, on favorise une approche où l’entretien est plus ou moins intensif selon les différentes zones du bord de la route (accotement vert, talus, fossé et berge). Seuls les deux premiers mètres à partir de la chaussée sont entretenus de façon plus intensive pour contrôler la prolifération de l’herbe à poux. Dans les cas où le phragmite commun, espèce exotique envahissante, est présent, l’entretien se fait sur 4 à 5 mètres pour des raisons de sécurité. Un projet de recherche en cours avec l’Institut de recherche en biologie végétale (IRBV) vise d’ailleurs à développer une méthode de plantation d’arbustes pour ombrager les fossés et empêcher le phragmite de s’installer. L’entretien est beaucoup moins important dans le reste de l’emprise. Les herbes hautes sur les talus intérieurs permettent de réduire l’éblouissement des usagers la nuit et agissent comme brise-vent.

La gestion écologique des bords de route, qui est maintenant une norme au ministère des Transports, permet de conserver une plus grande biodiversité et de créer des corridors de déplacement ou de dispersion reliant des habitats fragmentés. La zone tampon créée entre la route et les milieux adjacents permet finalement une diminution de la pollution sonore et chimique.

COORDONNÉES

Transports Québec
700, boul. René-Lévesque Est, 27e étage
Québec (Québec) G1R 5H1
1 (888) 355-0511
En savoir plus

PHOTOS

Crédit photos : Transport Québec